La maison Guyon (Dion)


Lorsque François Bélanger fut nommé seigneur de Bonsecours par Louis XIV et Frontenac, il amena sur sa seigneurie ses trois fils, Jean-François, Louis et Jacques ainsi que sa fille Geneviève. Après avoir commencé à défricher, ses deux fils Louis et Jean-François le quittèrent bientôt. Louis alla ouvrir une terre à l’endroit où se trouve l’église actuelle et son père, avant de mourir, lui donna à même les terrains de la seigneurie une concession de dix arpents sur deux lieues de profondeur située à la limite de l’Islet Saint-Jean, où son fils Louis se trouvait déjà établi. De son côté, Jean-François se bâtit un petit domaine un peu plus à l’ouest.

Notre ancêtre garda pour lui la partie du centre de la seigneurie pour y installer son domaine. Avant la mort de François, Jacques reçut la partie ouest de la seigneurie contiguë au village de Cap St-Ignace. Geneviève Couillard qui remontait par sa mère au premier colon Louis Hébert, reçu également du roi et du gouverneur de la Nouvelle-France la concession formant l’Islet-Saint-Jean, voisine du domaine de Louis.

À même sa seigneurie, Geneviève Couillard concédait huit arpents de front sur quarante de profondeur à Guillaume Guyon et huit autres arpents à son frère François, tous deux neveux de notre ancêtre François Bélanger. Guillaume Guyon était donc voisin à l’ouest de Louis Bélanger et à l’est de son frère François.


Depuis 1680, dix générations ont vécu sur la propriété de l’ancêtre Guillaume Guyon. Une visite guidée par l’arrière-arrière petite fille du docteur François-Xavier N. Dion nous fait découvrir le quotidien de ces pionniers par leurs livres, partitions musicales, outils de jardin, de cuisine, lingerie, jouets ou autres instruments du vieux docteur dans son bureau d’apothicaire. Cette maison est située au no 38, rue des Pionniers est à l’Islet sur Mer. En terminant, mentionnons que parmi les descendants les plus illustres de Jean Guyon, premier arrivant du nom dans la colonie, se trouve l’un des peintres les plus connus de la Nouvelle-France portant aussi le nom de Jean Guyon.


André Bélanger
Octobre 2003


Retour à François Bélanger